search
top

Méthodes et styles d’apprentissage

Nous avons commencé le homeschooling en 2005, au Québec. J’étais à la fois heureuse et terrifiée de cette soudaine liberté. Nous avons débuté avec le CNED – mes trois aînés ont été déscolarisés en octobre. Tout le mois de septembre, je l’ai passé à installer une salle de classe : j’ai soigneusement aligné 3 bureaux, j’ai collé des affiches pédagogiques au mur, j’ai investi dans un grand tableau blanc et j’ai imprimé trois magnifiques emplois du temps.
Nous avons réussi à garder le cap jusqu’en janvier… après, c’était le retour en France, épique. Les heures de « cours » étaient casées quand il n’y avait pas autre chose à faire !
Les garçons suivaient le CNED (CE2, CM1, 5e)… Mais finalement, cela ne remplissait guère la journée ! Heureusement, les forums québécois de l’AQED regorgeaient de pistes, de conseils, de ressources, de témoignages.

Au départ, peu sûre de moi, j’ai mis l’accent sur la rigueur des apprentissages… On suivait tout, à la lettre. Et puis, je me suis rendu compte que, finalement, la qualité de l’apprentissage n’était rien sans une ambiance adéquate. J’ai observé mes garçons, leurs façons de penser, de travailler, de se concentrer (ou pas !). C’est depuis lors que je suis en veille permanente sur les supports, méthodes, pédagogies afin de proposer ce qui convient le mieux à chacun d’eux. En 13 ans d’IEF, j’ai fouiné, parcouru, cherché, trouvé, testé, abandonné, mixé… un nombre impressionnant d’idées.

Il existe une large variété de manières d’enseigner, sans parler des méthodes ; la beauté de l’instruction en famille, c’est justement cette liberté de tester, offrir, modifier, adapter.
Je vous liste ici, dans les grandes lignes, les principaux styles d’instruction en famille… Nous les avons tous utilisés !

Traditionnel : C’est l’enseignement standard. On utilise des manuels et des cahiers pour des matières précises. Les connaissances sont découpées et réparties selon un programme établi par celui qui enseigne.

L’enseignement classique, plutôt pratiqué par les anglo-saxons, est fondé sur le Trivium, une philosophie de l’éducation née en Grèce ancienne. Il se concentre sur le latin et le grec, et une littérature composée des grands textes antiques. Le Trivium contient trois phases : la grammaire (Primaire), la dialectique (Collège), et la rhétorique (Lycée). Outre les compétences de base, la logique, le raisonnement et l’utilisation persuasive de la langue sont mis à l’honneur.

L’approche de Charlotte Mason : éducatrice et enseignante du XIXe siècle, Charlotte Mason est une pédagogue britannique. Le cœur de son approche, c’est l’utilisation de « living books », plutôt que des manuels sans profondeur, sans passion, froids. Le « Living Book » rend la notion incontournable : la richesse du contenu impressionne le lecteur, qui en tirera bien plus de connaissances qu’avec un manuel classique. Charlotte encourage aussi l’exploration de la nature, de courtes leçons, le travail de copie des grands auteurs, et le développement du caractère.

L’enseignement par projet (Unit study) aborde une notion sous l’angle de diverses disciplines académiques : langue, lecture, mathématiques, histoire, science, santé, musique, art, etc. Cette méthode est assez efficace lorsque l’on enseigne à des enfants d’âges différents. C’est plus difficile à mettre en place pour l’apprentissage de la lecture ou les mathématiques pures. Ainsi, une étude sur le moyen âge peut inclure l’histoire des événements et des personnes, la science de l’astronomie de cette époque, des maladies telles que la peste bubonique pour la santé, le chant grégorien pour la musique, la découverte des textes médiévaux en littérature, la calligraphie, les connaissances des premiers cartographes d’Europe en géographie et les chiffres arabes en mathématiques.

L’enseignement par la manipulation ou hands-on : On retrouve ce style d’apprentissage chez Montessori, notamment. Le matériel autocorrectif permet à l’enfant d’apprendre et de progresser, en autonomie. C’est aussi le fondement de plusieurs pédagogies nouvelles (qui ne sont plus du tout nouvelles, de fait) qui préconisent le travail manuel en complément du travail intellectuel.

Non scolarisation ou unschooling : cette forme d’éducation n’est pas conforme à un programme d’études, à un système ou à une méthode, mais suit les intérêts de l’enfant. Sa curiosité est le point de départ de tout apprentissage. On parle aussi d’’apprentissage naturel ; il est aussi diversifié que l’enfant est unique, encourageant son indépendance et sa capacité à expérimenter.

Éclectique : l’approche éclectique combine différents types d’enseignement selon les besoins. Il peut y avoir un temps pour une approche formelle avec des manuels dédiés, une découverte de la logique et du raisonnement avec de grands auteurs antiques, des lectures vivantes avec des œuvres rédigées par des passionnés, l’étude d’une notion avec les lapbooks, et tout cela, au fil d’une seule semaine. On s’adapte ainsi aux besoins de l’enfant, à ses envies du moment, à l’environnement familial. Ce qui pourrait fonctionner une année peut être abandonné l’année suivante pour un style plus approprié. Finalement, c’est ce que nous privilégions depuis quelques années déjà !

L’un des grands avantages de l’IEF, c’est sa souplesse. On teste, on adopte, on abandonne, on adapte ! Ne vous sentez pas piégé par le regard ou la pratique des autres. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes — il suffit juste de choisir ce qui fonctionne le mieux, à cet instant, pour votre enfant.

CARPE DIEM !

PS : Finalement, il ne nous reste que le tableau blanc de notre première « salle de classe ». Les bureaux et les emplois du temps ont disparu, les affiches ont été offertes.

4 Responses to “Méthodes et styles d’apprentissage”

  1. Merci pour cet article qui résume bien les styles d’apprentissage. Ici, je suis plutôt éclectique avec un fort penchant vers Charlotte Mason. Une si belle aventure que l’apprentissage en famille!

    • Axelle dit :

      Nous sommes convaincues que l’éclectisme en matière d’apprentissage est d’une grande richesse. Il rend l’aventure de l’ief encore plus agréable! Bonne continuation dans ce chouette périple ! Et à bientôt !

  2. Lucie dit :

    Merci pour ces témoignages ainsi que pour la qualité des ressources proposées par Carpe Diem !
    Ma réflexion actuelle porte sur la faisabilité d’un enseignement éclectique ou par projet, proche de ce qui est souvent finalement adopté en IEF, pour une classe à plusieurs niveaux ! A suivre !

    • Axelle dit :

      Bonjour Lucie,
      Carpe Diem vous souhaite une bonne réflexion pour la mise en place d’un enseignement éclectique ô combien cher à nos yeux ! Les lapbooks et notebooks pourraient certainement bien s’adapter à ce type de projet ! Nous serons ravis de connaître l’aboutissement de vos pensées sur le sujet et d’éventuellement vous accompagner grâce à nos supports !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top